Le métier de bioinformaticien

Le métier de bioinformaticien est intrinsèquement interdisciplinaire. Les ingénieurs du domaine dépendent de la Branche d’Activité Professionnelle des sciences du vivant, de la terre et de l’environnement (BAP A) ou de celle de l’informatique, statistiques et calcul scientifique (BAP E). Au sein de ces deux BAP, ils sont souvent affectés aux emploi-types suivants, selon leur grade (IE ou IR) et leurs activités :

  1. BAP A
    • Ingénieur biologiste en analyse de données (IR – A1A41).
    • Ingénieur biologiste en traitement de données (IE – A2A41).
  2. BAP E
    • Chef de projet ou expert en Ingéniérie logicielle (IR – E1C43).
    • Ingénieur en ingénierie logicielle (IE – E2C45).

Cependant, les activités des bioinformaticiens peuvent emprunter à d’autres emploi-types :

  • Chef de projet ou expert en infrastructures (IR – E1B42) et administrateur de bases de données / intégrateur d’applications (IE – E2B44) pour les responsables de plateformes.
  • Expert en calcul scientifique (IR – E1E45) et ingénieur en calcul scientifique (IE – E2E47) pour les développeurs d’applications et les bio-analystes.
  • Expert en information statistique (IR – E1D44) et ingénieur statisticien (IE – E2D46) pour les bioinformaticiens réalisant des analyses biostatistiques.

Ces divers éléments composant le métier de bioinformaticien sont regroupés et décrits dans une fiche métier éditée en 2020 par la Société Française de Bioinformatique. Il y est mentionné le contexte
interdisciplinaire dans lequel le métier s’exerce et les nombreuses thématiques scientifiques abordées.